Vous voulez avoir accès à plus d'activités comme celle-ci?   Abonnez-vous

Contenu principal : échelle des nuances, de ppp à fff

Objectifs pédagogiques

L’élève est capable de programmer une séquence de huit pas en crescendo avec l’arpégiateur .

L’élève est capable de coupler le métronome à l’arpégiateur.

L’élève est capable d’activer la lecture en répondant avec précision aux gestes de direction.

Intentions pédagogiques

  • Améliorer chez les élèves la perception des nuances.
  • Familiariser les élèves avec les outils arpégiateur et métronome.

Outils

Déroulement

Expérience acoustique d'amorce

En tapant dans ses mains ou sur des instruments à percussion, réaliser une belle courbe de crescendo en huit battues, de ppp à fff.

On peut imaginer toutes sortes de variantes, par exemple :

  • faire quatre groupes et passer la séquence en continuité d'un groupe à l'autre;
  • diviser la classe en deux groupes. Le groupe de gauche va de  ppp à fff et le groupe de droite fait simultanément la séquence contraire (fff à ppp).

Exécution au Fonofone

[travail individuel]

  • L'enseignant demande à l'élève de choisir un son sec et court (ce peut être une portion d'un son long, déterminée à l'aide de l'outil de sélection).
  • Avec l'outil arpégiateur l'élève réalise une séquence d'intensités progressives de huit pas, du très doux au très fort. Il ne doit pas varier la hauteur, mais seulement agir sur les potentiomètres de volume de chaque pas.
  • L'enseignant écoute et commente la réalisation de chacun.

[en collectif]

L’objectif est de produire collectivement un crescendo clairement perceptible.

Utiliser soit l'outil métronome, réglé  à la même vitesse pour tous, par exemple 160. Il faudra alors que le départ soit impeccable;
soit  l'outil lecture en piqué qui permet l'avancée pas à pas dans l'arpégiateur. L'élève doit alors répondre très précisément à la battue du chef.

  • L’enseignant commande le départ simultané de tous.
  • L’élève déclenche instantanément le métronome ou, suivant l’option choisie, répond précisément à la battue à l’aide de l’outil “piqué”.
  • Objectivation : est-ce que tout le groupe était bien synchrone? Est-ce qu’on a bien senti la courbe de progression de l’intensité? L’ensemble donnait-il une impression d’homogénéité malgré les différences timbrales ou, au contraire, certains sons se détachaient-ils alors que d’autres étaient inaudibles? Si c’était le cas, peut-on expliquer pourquoi et trouver des solutions (par exemple, en invitant les élèves à ajuster leur volume général de façon à créer un bel équilibre “orchestral” de l’ensemble)?

Une variante intéressante :

  • l'enseignant divise son groupe en deux. L'un des deux sous-groupes inverse la direction de l'arpégiateur.
  • Départ simultané de tous.
  • Objectivation : Est-ce qu'on était bien synchrone? Est-ce que le passage d'un groupe à l'autre (effet de fondu-enchaîné) s'est bien réalisé : a t-on senti le mouvement spatial d'un sous-groupe à l'autre?

Quelques exemples de sons appropriés